Visite au salon des Numériques : La Factory : Nokia Lumia 920 / 820, 4K…

Les Numériques : La Factory

Le site high-tech Les Numériques organisait son premier salon le jeudi 11 Octobre 2012, ouvert gratuitement à tous. Ce dernier étant situé à Paris (au 104, dans le 19ème arrondissement) et étant moi même lecteur et participant un peu au forum des Nums, je m’y suis rendu après une journée de travail. Voici mon petit compte rendu. Je m’excuse par avance des photos pas exceptionnelles, j’avais pris mon antique compact pour l’occasion…

Muni de mon invitation imprimée, les gentilles hôtesses d’accueil me remettent un sac SnapDragon, contenant quelques publicités et le plan du salon (liste des entreprises participantes). Ce sera malheureusement mes seuls goodies de la soirée : sans doutes en cause mon heure d’arrivée tardive et le fait que j’ai survolé pas mal de stands. Il y avait 4 univers (5 en comptant le labo) : Audio-Video-Photo / Mobilité / Informatique / Autre, organisés autour du point central regroupant l’urne récoltant les bulletins pour le jeu concours (bien dur au passage… ils aiment donner du fil à retordre à leurs lecteurs…)

La Factory : Entrée

Ma principale raison de ma venue était de pouvoir toucher la nouvelle gamme de smartphone de Nokia : les Lumia, propulsés par le nouveau système d’exploitation de Microsoft : Windows Phone 8. Ceux qui ont un peu suivi connaissent mon attachement à l’écosystème mobile de Microsoft, qui va évoluer dans cette nouvelle version (dont encore quasiment rien n’a été dévoilé). Les spécifications ainsi que les petites innovations présentes dans le modèle 920 (écran utilisable avec les gants, à priori de qualité de haut standing, appareil photo avec stabilisateur, NFC, recharge par induction, 4G LTE utilisable à peu près partout sur la planète…) me pousseront sans doutes à changer mon petit Lumia 800 plus tôt que prévu.

Ma principale crainte : le poids (185gr) a été tout de suite dissipée. En terme de ressenti, j’ai trouvé le 920 plus léger que mon 800 (qui n’est pas léger non plus, mais l’utilisant au quotidien, cela me va), j’ai même été obligé d’enlever ma housse de protection pour me convaincre! Il reprend le design du 800, en plus grand, avec quelques petites différences : les boutons ne sont plus en plastique argenté mais en céramique qui change vraiment l’aspect par rapport au 800 (qui fait cheap du coup :( ), le connecteur USB n’a plus un capuchon pour le protéger et se retrouve en bas de l’appareil, centré, tout comme la prise jack qui se trouve au dessus. L’écran avait l’air vraiment plus joli (malgré les traces de doigts partout…), le téléphone était un peu chaud à force de tourner toute la journée. Au niveau des coloris, j’ai eu un 920 jaune (glossy donc), c’est plus joli en vrai qu’en photo mais c’est quand même trop « jaune » pour moi, je pense me tourner quand même vers un noir ou un gris mat. Pour ma part, encore un peu plus conquis (mais n’est-ce pas de l’autopersuasion? J’ai hâte de voir les premiers tests…)

Ensuite, vient le 820, présenté avec plein de coques sur le stand. Il s’agit un peu de la surprise : le design rend vraiment mieux en vrai (la différence est bien plus grande qu’avec le glossy du 920), j’en venais à le trouver assez joli, avec en plus le système de coque interchangeable… De même que l’écran, bien qu’ayant une résolution semblable à mon 800, j’ai trouvé celui du 820 bien plus agréable! J’ai eu aussi une impression d’un poil plus fluide que le 920 mais c’est pas difficilement descriptible (le 920 étant très fluide aussi…). Bref, il est mieux que mes apriori, même si je le trouve un peu cher pour comparé aux HTC (qui étaient à côté mais que j’ai involontairement oubliés d’observer)

Au final, j’ai à peine eu le temps de toucher les appareils, les démonstrateurs imposaient un roulement pour les séances de palpage des objets :( Je n’ai pas même pas pu prendre des photos rapprochées, j’ai essayé de repasser 3 fois, et à chaque fois autant de monde. Même au moment où je quittais le salon, il s’agissait du stand où il y avait le plus de personnes : réel engouement ou simple curiosité?

La Factory : Stand Nokia

Le deuxième stand que je voulais visiter était celui de Sony où était présenté le nouveau modèle 4K (de 84″!) de la marque : le KDL-849005. Plutôt par curiosité (je préfère la vidéoprojection pour les utilisations « typiques » de la 4K, les sources et pour le modique prix de 25000€…). Déjà, la configuration n’était pas vraiment standard, il y avait dans les 2m de recul, soit limite moins que la taille de la diagonale… L’immersion est là c’est sur, mais est-ce que cela sera la nouvelle utilisation des téléviseurs?

Sinon au niveau technique, c’est quand même assez impressionnant, je suis arrivé sur la bande annonce du nouveau spiderman. N’étant pas friand de 3D, je m’apprêtais à partir quand le démonstrateur à passer un clip de démonstration en 2D, et là, en effet, la claque! Le gain de définition est quand même visible par rapport à du full HD classique. Je me rapproche à 30cm de l’écran, et même là, difficile de déceler les pixels… Il faudrait vraiment tester à un distance plus raisonnable pour voir si le gain est vraiment qualitatif. Et aussi sur des modèles de vidéoprojecteur 😀

La Factory : Sony KDL-849005

Petite innovation dont je n’avais pas entendu parler : un système de commande pour téléviseur, qui tourne a priori sur Windows 7, après un calibrage (il faut suivre un point à l’écran). Cela est assez semblable au contrôle de la Xbox via Kinect, pour sélectionner une commande, il faut pointer sur un élément et rester dessus pendant un petit laps de temps. A la différence qu’au lieu de pointer via ses mouvements de la main, il suffit de regarder la commande. Cela semble assez au point, il n’y a pas de fausse manip, mais au même titre que la Kinect, c’est n’est pas vraiment pratique (sauf si on passe toujours 20 minutes à retrouver sa télécommande :p), il doit pouvoir sans doutes y avoir quelques utilités à inventer!

La Factory : Téléviseur Haier pilotable avec les yeux!

Enfin l’endroit où j’ai du passer le plus temps, il s’agit de la partie du labo, il y a plusieurs espaces où l’on pouvait discuter avec les membres des Numériques (de tout et de rien, mais généralement en rapport avec le domaine de compétence de l’intervenant) et leurs outils/matériels (il manquait la célèbre barbie utilisée pour les tests photos…). J’ai pu discuter avec quelques membres de l’équipe et plus particulièrement avec Patrick Pierre Garcia (alias PPG) et quelques lecteurs/forumeurs rencontrés sur le tas, que j’avais déjà rencontré à l’occasion de la visite des studios de CMC.

La Factory : Labo

La Factory : Labo PPG

Pour résumer, une petite soirée agréable, même si la surface d’exposition était relativement petite et les allées aussi, ce qui rendait la circulation difficile avec les stands peuplés (Nokia :( ). L’équipe du site abordable et les visiteurs passionnés de manière générale rend le salon un peu plus convivial que les autres manifestations similaires, même si les stands des marques étaient bien à but commercial. En espérant d’autres éditions avec des horaires un peu plus accessibles.

Partager :

Nokia Lumia 800 / Sosh / Fanboy… Quel programme

Retour aux sources : Nokia…

Il est loin le temps de mon premier téléphone portable : l’antique 8210 du constructeur finlandais. Après un passage chez Samsung, je reviens à ma première marque !

J’avais retardé mon achat de mobile pour attendre l’annonce du Lumia 900 de Nokia. Mais le délai annoncé de 3 mois minimum avant son lancement et pour le moment uniquement en Amérique (en attendant le WMC en février de Barcelone), j’ai décidé de sauter le pas et de me contenter (pour le moment…) du Lumia 800, dont la campagne de pub massive est visible ces derniers temps (au moins sur Paris en tous cas) mais pas assez marquante à mon goût.

Nokia lumia 800

Son design élancé laisse penser qu’il est fin mais au final, il correspond  à l’épaisseur de mon i900 qui pourtant parait bien plus massif.

En main le produit est bien fini, l’idée de fournir une surcouche en caoutchouc est vraiment bonne, on ne gâche pas la belle forme de l’appareil avec un étui que l’on aurait de tout façon acheté.

Le seul bémol matériel pour le moment et la protection du port mini-USB pour la connexion au PC ou pour le chargeur, qui est assez peu pratique et qui ne devrait pas tenir la durée à mon avis.

… mais de la nouveauté

Les lecteurs de la première heure savent mon intérêt pour le nouveau système d’exploitation mobile de Microsoft : Windows Phone. Je ne reviendrais pas sur les différences entre les 2 autres OS majeurs mobiles (iOS et Android), mais la jeune plateforme Windowsienne se rapproche tranquillement de ses rivales : le Market Place arborant déjà une belle diversité d’applications. Le système a gagné beaucoup en maturité depuis l’arrivé de la mise à jour Mango, même si il reste quelques fonctionnalités manquantes, le tout avec une interface séduisante et rapide (bien qu’un peu austère à première vue).

Le fer de lance Nokia a permis aussi à d’autres constructeurs de mettre en avant un peu la plateforme (j’ai aperçu des pubs pour le HTC Titan et le Samsung Omnia W…) mais le manque de vendeurs proposant cette alternative est encore une réalité, ces derniers prônant le sacro-saint iPhone ou des terminaux Android.

Il a pas free, il a rien compris ?

Avec mon changement de mobile, vient aussi un changement d’opérateur, quittant ainsi mon antique formule smartphone de SFR. On a pu voir ces derniers jours pas mal d’effervescence au sujet de la téléphonie mobile avec l’arrivé d’un nouveau opérateur (non virtuel) sur le marché. Et on peut dire à postiori, que l’attente du Lumia m’a été favorable, pécuniairement parlant. L’arrivé des offres de Free a fait un peu bouger les offres « low-cost » antérieures, permettant une économie non négligeable.

Mais pourquoi donc avoir choisi autre chose que Free ? Tout d’abord, une question de prix, même si l’offre de Free propose plus d’options, le forfait proposé par Sosh rentre parfaitement dans ce que je souhaite (seul le fair-use de 3Go me serait peut-être utile mais cela reste anecdotique : je ne dépasse jamais les 500mo actuellement…), aucune raison de payer plus. Je suis également un peu prudent sur les révolutions du jour au lendemain : un réseau d’antenne, ce n’est pas une petite chose à mettre en place (malgré l’itinérance d’Orange, qui introduit le roaming sur le territoire français…), et je pense que par le passé, Free a essuyé quelques écueils technologiques au lancement de nouveaux produits (les fameux clients béta-testeurs…).

Mon mien est mieux

Après ces considérations techniques, viens ma petite note d’humeur : ces fameuses personnes qui défendent (aveuglement et donc subjectivement) corps et âme un produit et plus généralement une marque, plus communément appelées « Fanboys ».

Ces petites armées de sympathisants engagés, sont un outil marketing fabuleux : elles permettent de diffuser des idées à moindre coût et de manière efficace : une personne engagée sera plus convaincante qu’un commercial qui vante un produit dans un but alimentaire.

Même le marketing commence à se les approprier, comme on peut le voir dans le clip télévisé pour le compte de Renault, dans lequel on aperçoit un client (que l’on pense employé) expliquer à une autre cliente les avantages du contrat d’entretien…

L’exemple le plus parlant est celui de la marque à la pomme : en quelques années, l’entreprise a su capter le cœur de nombreux technophiles qui n’ont désormais d’yeux que pour leurs iMac, iPhone ou iPad. Leur communication à base de KeyNote, des leaks plus ou moins contrôlés, de photos de personnes bravant vents et tempêtes devant leur AppleStore pour avoir le privilège de posséder le dernier fleuron de la marque avant les autres, de pénuries… est une machine bien huilée, au point que l’annonce de la mort de Steve Jobs a eu plus de retentissements que la mort d’un dirigeant d’état.

Le phénomène a pris tellement d’ampleur, qu’au final il est entré dans le sens commun que les iXxx sont les machines must-have, alors qu’il existe de la concurrence plausible (même si ca ne retire en rien leurs qualités).

On pourrait faire un parallèle rapide en replaçant le mot « marque » par le mot « parti politique », pour se rendre compte que le phénomène n’est pas si nouveau et qu’il est en parti adapté à l’économie. Même si les politiques commencent à utiliser les nouveaux moyens à leur disposition pour créer le « buzz »…

Ce n’est pas cela en soit qui est critiquable, cela est même plutôt une bonne chose que des personnes connaissant un produit en vantent ces mérites (on peut plus ou moins dire de moi-même que je suis pro-Microsoft). Comme pour toute chose, il s’agit surtout des cas extrémistes, critiquant toutes les solutions alternatives à « leur » produit sans faire de comparatifs objectifs…

Il suffit de se rendre, par exemple pour le mobile, sur un sujet parlant de iOs, Android, Windows Phone, ou tout autre Os, et de lire quelques commentaires, et on se rends très vite compte que ces fameux FanBoys s’en donnent à cœur joie, même si le sujet initial n’a pas vraiment de rapport avec leur solution qui est, bien sur, meilleure.

Mais pourquoi en parler ici ? Parce que Free a très bien compris la communication façon Apple et l’a plutôt assez bien appliquée (une campagne qui n’a quasiment rien coûtée mais qui a été plutôt bien relayée dans les médias, peu importe ce qu’en dit Xavier Niel). Malgré le fait que les 2 entreprises ont des cibles technophiles mais quand même assez différentes : branché, axé sur la simplicité et le design pour Apple / Plutôt culture geek, malin, et voulant toujours plus de fonctionnalités pour Free.

Et lors de ma recherche de mon forfait idéal, si l’arrivée de Free a été bénéfique pour mon porte-monnaie, la lecture de sujets sur la mobilité a été assez pénible, n’importe quel modérateur sur un forum peut en témoigner ! Surtout si ce forum est technophile, ie : plus propice à héberger un débat sans argument et plein de mauvaise fois (des 2 côtés) sur telle ou telle technologie/marque, sur de nombreuses pages.

Pour exemple, les défenseurs de Free qui demandent (enfin dénigrent ceux qui ne le font pas) de ne pas prendre des forfaits, moins cher et plus adapté à leur consommation (mon cas), mais de prendre Free, plus cher, parce qu’ils ont baissés les prix… La logique m’échappe un peu…

Le fait de pouvoir lire les avis de différents utilisateurs sur un produit est utile (bien qu’il s’agisse des mécontents qui se plaignent le plus souvent), mais pour voir lire des avis objectifs, cela serait encore mieux !

Partager :

Nokia / Microsoft : retour sur accord historique

Vendredi, un coup de boulet a été lancé, un partenariat stratégique entre Microsoft et Nokia a été offiacialié. La rumeur courait depuis quelques temps (on parlait un temps d’un partenariat avec Google mais la piste Microsoft était plus probable).

Pour les anglophobes, l’accord porte sur une offre smartphone de Nokia tournant exclusivement sous Windows Phone 7 (que je nommerai WP7 dans la suite de l’article), une consultation et des feuilles de route communes concernant le développement de WP7, une utilisation des services Microsoft dans la gamme Nokia, une intégration dans l’écosystème Microsoft des applications Nokia.

Pour ma part, je pense que c’est une bonne chose et je vais exposer mon point de vue. Mon avis est certainement un peu biaisé du fait que j’affectionne particulièrement WP7 que je considère comme le dernier brin d’air frais qui est arrivé dans le monde des smartphones.

Nokia, un leader déchu

Malgré un leadership sur le marché du téléphone portable, Nokia était sur le déclin sur le marché des Smartphone, secteur qui possède la plus forte valeur ajoutée et qui va se développer dans les années à venir. Il ne faut pas le nier, aujourd’hui avec leur éco-système et leur part de marché, iOs (Apple) et Android (Google) sont devenus les deux acteurs majeurs sur le marché des smartphones.

Coincé entre un Symbian vieillissant et assez peu adapté à l’ergonomie tactile, et MeeGo, os prometteur basé sur Linux soutenu par Intel et Nokia mais qui tarde à venir, Nokia se devait d’agir rapidement sous peine de sombrer encore plus. L’analyse d’une note interne de Nokia, explique bien le problème et comment Nokia s’est laissé submerger.

Rien à redire du côté Hardware, qui tenait généralement le haut du pavé sur le papier. C’est donc clairement la partie soft qui pêchait et qui était décriée par nombre de personnes. Malgré tous les efforts pour redynamiser Symbian, Nokia n’a pas réussi à redonner un second souffle à son système pour contre carrer les systèmes concurrents. Dans l’urgence Nokia, a donc choisi WP7 qui sera à terme le remplacement de Symbian dans leur gamme.

Microsoft Windows Phone 7 : un système jeune mais des bases solides

21 Octobre 2010, était lancé le nouveau système Windows Phone 7. Malgré un lancement assez catastrophique pour un acteur de la taille de Microsoft, le système a su convaincre certains utilisateurs. Après 3 mois et demi, il n’est pas possible de faire des projections dans le temps. Les ventes sont un peu en dessous des objectifs mais la partie commerciale a été assez mal négociée : disponibilité pour noël assez chaotique, formation des vendeurs (n’en parlons pas), publicité télévisée qui attise la curiosité mais qui ne donne pas franchement envie d’acheter…

Au niveau technique/ergonomie, le système a été assez bien accueilli par la critique malgré quelques défauts de jeunesse qui étaient franchement évitables en regardant les fonctionnalités des concurrents.

Microsoft vs Google

Windows Phone 7 : un système prometteur

Le système de Microsoft, malgré quelques défauts de jeunesse est bien ficelé et possède une interface assez nouvelle et distincte. Toutefois, on peut légitiment se poser la question : Pourquoi Microsoft et pas Google? En effet, sur la philosophie, Symbian se rapproche plus d’Android que WP7 : les systèmes sont beaucoup plus permissifs et permettent de faire bien plus de choses sur les couches de bas niveaux (pour le meilleur comme pour le pire), d’où l’apparition de nombreuses sur-couches, une gestion du hardware orienté PC… La où Microsoft sécurise au maximum son environnement d’exécution pour permettre une expérience utilisateur semblable sur la plupart des terminaux, au détriment d’une grande personnalisation.

Un recentrage faisable dans de courts délais

De par cette approche fermée, Nokia n’as justement pas besoin dans se lancer dans un énorme chantier de surcouche pour personnaliser le système : peu de ressource dans le domaine où nokia n’excelle pas et le lancement n’en sera que plus rapide (et en suivant les propos des têtes dirigeantes de Nokia, c’est nécessaire) : la gamme WP Nokia devrait apparaitre rapidement à mon avis. Un premier concept de téléphone semble circuler sur la toile, il semble même que le N9, initialement prévu pour tourner sous MeeGo pourrait sortir finalement sous WP7. On n’en sera sans doutes plus ce soir, lors de la conférence Nokia au MWC.

Différenciation plus forte auprès du grand public

Sur Android (où un téléphone HTC sera bien différent d’un téléphone Samsung), pour se démarquer, il faut engager de lourds travaux de sur-couches pour se démarquer de la concurrence, sinon on risque fortement de se perdre dans la masse des Androphones sur le marché.

Pas besoin de ces sur-couches (on ne peut pas en faire de toute façon), Windows Phone est assez reconnaissable visuellement mais pas très répandu. Ce peu de visibilité de WP7, qui est assez problématique pour Microsoft, pourrait être un avantage pour Nokia.

On assimile bien plus facilement une marque à son interface qu’à son OS : quand on voit l’interface de l’iPhone ou de l’iPad, on pense plus à Apple qu’à iOs, de même pour Sense, l’interface de HTC, s’est beaucoup plus mise en avant que Windows Mobile ou Android.

Du fait du passage à WP7 en exclusivité sur la gamme de smartphone Nokia, l’assimilation WP7 = Nokia pourrait se faire dans la tête de l’utilisateur. Quand on parle un téléphone HTC ou Samsung, on a rarement un Mozart ou un Omnia 7 qui vient en premier à l’esprit. Un jour, qui sait…? 😀

La cible étant le grand public, et non un cercle restreint de technophiles cherchant la personnalisation, WP7 reste dans ce sens un choix qui peut coller. On peut quand même imaginer que des éléments de personnalisations arriveront plus tard sur WP7.

Il existe quelques risques, pour Nokia : se mettre à dos les fidèles à qui l’on faisait miroiter des évolutions majeures de Symbian dans les mois qui suivent et une mise en service de MeeGo. Un autre risque est de se rendre plus dépendant d’un tiers qu’auparavant.

Un accord bilatéral

Il ne s’agit pas uniquement d’un achat de licences WP7 (qui sont payantes par rapport à Android), mais le partenariat entre Nokia et Microsoft vas bien plus loin puisque de nombreux services que Nokia met à disposition, devraient entrer à terme dans le giron de Microsoft. Cela permettrait se recentrer sur le matériel et se diminuer les effectifs affectés au software, malheureusement par des possibles licenciements.

On peut aussi penser que Google ne proposait pas à Nokia un partenariat à hauteur de ce que propose Microsoft. Certes, c’est un bien grand mot et c’est un effet d’annonce, mais si le partenariat a vraiment lieu (seul l’avenir nous le dira), Nokia aurait son mot à dire dans l’évolution du système de Microsoft et de ses services associés.

L’argent, le nerf de la guerre

Mais en dehors du vecteur innovation, qui est assez présent ces derniers temps chez Microsoft, il ne faut pas oublier que c’est aussi une énorme machine de guerre commerciale. Il est en effet question de mouvements de fonds qui se compteraient non pas en millions mais en milliards. Espérons que l’argent ne soit pas uniquement le seul critère et que le partenariat porte ses fruits.

Le futur de Windows Phone 7

L’association entre les 2 géants est sous doutes un tournant dans le secteur du smartphone, soit un 3ème acteur émerge sur le marché, soit le duo Android / iOS reste et ne bougera pas jusqu’à la prochaine innovation technologique.

Ecosystème, le point essentiel

Un élément essentiel pour les systèmes d’exploitation (mobile ou non), c’est leur écosystème : les applications et les services qui seront accessibles. Le slogan « Il y a une application pour ça » est resté dans les têtes et reflète bien l’attente qu’il y a autour de ce point. Comme dit précédemment, Apple et Google ont ici une avance considérable, due à leurs présences historiques sur le marché.

L’écosystème WP7 est jeune (il n’y a pas de rétrocompatibilité avec Windows Mobile), ne partant de rien, mais grossit de jours en jours. Les retours côté développeurs sont assez enthousiasmant, les environnements de développement sont au point. La partie jeux en Xda, assez proche du développement de jeux Xbox, semble également bien partie.

Si une partie des ressources de développement Symbian, bascule vers le .net, le Market Place (le magasin d’applications de Microsoft) prendra de plus en plus d’envergure, l’Ovi Store sera à terme fusionné avec le Market Place. Si les ventes suivent, les développeurs indépendants se tourneront à leur tour vers cette plateforme (en parallèle des 2 autres), etc…

Concernant les services, Nokia conservera vraisemblablement des applications propres pour ses terminaux (pour se différencier des autres marques). Il semble que quelques transferts se feront vers Bing, notamment sur la partie « Carte », ce qui semble de bonne augure.

Nokia garde une image de qualité et possède un grand réseau de distribution

Si WP ne se vend pas très bien, ce n’est pas parce que le système est mauvais mais parce qu’il n’y a pas de vrai poussée derrière, je pense que Nokia va être ce petit coup pouce. Les téléphones produits sont la plupart du temps de bonnes qualités, les chaînes de productions sont bien huilées et les réseaux de distributions sont partout dans le monde.

Tout simplement avoir un constructeur majeur dont la gamme smartphone sera principalement WP à moyen terme (symbian restant sur le marché « téléphone », MeeGo arrivera un peu plus tard).

De plus dans la tête d’un acheteur, on achète plus un constructeur qu’un OS. Nokia étant quand même dans les esprits un constructeur grand public, si on veut un Nokia = WP, ca fait un beau tremplin pour la plateforme.

Microsoft/Nokia : une dinde ou aigle?

Pour reprendre le tweet de Vic Gundotra (c’est de bonne guerre), les analystes dans le domaine ne sont pas unanimes et seul le temps nous le dira. Je reste optimiste pour ce système et une confrontation avec 3 acteurs globaux est dans tous les cas préférable pour le consommateur et l’innovation en général.

Le web n’a pas tardé a commenter l’annonce : il suffit de taper « Microsoft Nokia » dans votre moteur de recherche favori pour s’en rendre compte. Voici les premiers articles parus mais beaucoup d’autres sont apparus avec des analyses plus poussées :

Itespresso

Presse-citron

LesNumeriques

Clubic

scobleizer

Source images : Engadget

Partager :