Cadeau @ Livetile : Cle Kingston DataTraveler Workspace (32Go)

Un petit colis vient d’arriver par la poste. Il s’agit cadeau issu d’un concours « live » improvisé d’un podcast nommé « Livetile » qui parle l’univers Microsoft « grand public ». Je vous invite à le suivre (en live c’est mieux, en différé, c’est bien aussi) : http://www.livetile.fr

Pour résumer l’histoire, David Catuhe (@deltakosh / Blog) passe sur le chat live et propose d’improviser un concours à la fin de l’émission dont il fournira les lots. Il est program manager chez Microsoft (travaillant actuellement sur le nouveau navigateur qui doit prendre la relève du vieillissant Internet Explorer : Project Spartan. Nous n’avons toujours pas réussi à lui sous tirer le nom commercial mais l’annonce publique ne devrait plus tarder. Petit concours de rapidité dont je remporte ainsi le dernier des 3 lots (ouf).

Concours Livetile : Cle datatraveler workspace wintogo 32Go

Le lot en question est une clé USB Kingston DataTraveler Workspace de 32Go. Mais il ne s’agit pas d’une bête clé USB. Il s’agit d’une clé USB 3 très rapide conçue et certifiée Wintogo. Kesako? Il s’agit d’une clé capable d’embarquer un système Windows et de pouvoir booter dessus avec des performances se rapprochant des SSD. On peut ainsi transporter son Windows dans sa poche et retrouver son OS depuis n’importe quel PC, moyennant juste de booter dessus.

Je vais tester ça, sachant qu’une build de Windows 10 est préinstallée et que ma dernière installation de la technical preview ne s’est pas conclue par un franc succès sur ma Surface pro 3, en espérant ne pas rencontrer les mêmes problèmes. Cela m’évitera les longues restaurations et d’avoir un dual boot qui prend quand même un peu trop de place… Affaire à suivre…

Merci donc à David Catuhe et Microsoft Corp ainsi qu’à toute l’équipe de Livetile pour ce petit cadeau inattendu.

Partager :

Visite au salon des Numériques : La Factory : Nokia Lumia 920 / 820, 4K…

Les Numériques : La Factory

Le site high-tech Les Numériques organisait son premier salon le jeudi 11 Octobre 2012, ouvert gratuitement à tous. Ce dernier étant situé à Paris (au 104, dans le 19ème arrondissement) et étant moi même lecteur et participant un peu au forum des Nums, je m’y suis rendu après une journée de travail. Voici mon petit compte rendu. Je m’excuse par avance des photos pas exceptionnelles, j’avais pris mon antique compact pour l’occasion…

Muni de mon invitation imprimée, les gentilles hôtesses d’accueil me remettent un sac SnapDragon, contenant quelques publicités et le plan du salon (liste des entreprises participantes). Ce sera malheureusement mes seuls goodies de la soirée : sans doutes en cause mon heure d’arrivée tardive et le fait que j’ai survolé pas mal de stands. Il y avait 4 univers (5 en comptant le labo) : Audio-Video-Photo / Mobilité / Informatique / Autre, organisés autour du point central regroupant l’urne récoltant les bulletins pour le jeu concours (bien dur au passage… ils aiment donner du fil à retordre à leurs lecteurs…)

La Factory : Entrée

Ma principale raison de ma venue était de pouvoir toucher la nouvelle gamme de smartphone de Nokia : les Lumia, propulsés par le nouveau système d’exploitation de Microsoft : Windows Phone 8. Ceux qui ont un peu suivi connaissent mon attachement à l’écosystème mobile de Microsoft, qui va évoluer dans cette nouvelle version (dont encore quasiment rien n’a été dévoilé). Les spécifications ainsi que les petites innovations présentes dans le modèle 920 (écran utilisable avec les gants, à priori de qualité de haut standing, appareil photo avec stabilisateur, NFC, recharge par induction, 4G LTE utilisable à peu près partout sur la planète…) me pousseront sans doutes à changer mon petit Lumia 800 plus tôt que prévu.

Ma principale crainte : le poids (185gr) a été tout de suite dissipée. En terme de ressenti, j’ai trouvé le 920 plus léger que mon 800 (qui n’est pas léger non plus, mais l’utilisant au quotidien, cela me va), j’ai même été obligé d’enlever ma housse de protection pour me convaincre! Il reprend le design du 800, en plus grand, avec quelques petites différences : les boutons ne sont plus en plastique argenté mais en céramique qui change vraiment l’aspect par rapport au 800 (qui fait cheap du coup :( ), le connecteur USB n’a plus un capuchon pour le protéger et se retrouve en bas de l’appareil, centré, tout comme la prise jack qui se trouve au dessus. L’écran avait l’air vraiment plus joli (malgré les traces de doigts partout…), le téléphone était un peu chaud à force de tourner toute la journée. Au niveau des coloris, j’ai eu un 920 jaune (glossy donc), c’est plus joli en vrai qu’en photo mais c’est quand même trop « jaune » pour moi, je pense me tourner quand même vers un noir ou un gris mat. Pour ma part, encore un peu plus conquis (mais n’est-ce pas de l’autopersuasion? J’ai hâte de voir les premiers tests…)

Ensuite, vient le 820, présenté avec plein de coques sur le stand. Il s’agit un peu de la surprise : le design rend vraiment mieux en vrai (la différence est bien plus grande qu’avec le glossy du 920), j’en venais à le trouver assez joli, avec en plus le système de coque interchangeable… De même que l’écran, bien qu’ayant une résolution semblable à mon 800, j’ai trouvé celui du 820 bien plus agréable! J’ai eu aussi une impression d’un poil plus fluide que le 920 mais c’est pas difficilement descriptible (le 920 étant très fluide aussi…). Bref, il est mieux que mes apriori, même si je le trouve un peu cher pour comparé aux HTC (qui étaient à côté mais que j’ai involontairement oubliés d’observer)

Au final, j’ai à peine eu le temps de toucher les appareils, les démonstrateurs imposaient un roulement pour les séances de palpage des objets :( Je n’ai pas même pas pu prendre des photos rapprochées, j’ai essayé de repasser 3 fois, et à chaque fois autant de monde. Même au moment où je quittais le salon, il s’agissait du stand où il y avait le plus de personnes : réel engouement ou simple curiosité?

La Factory : Stand Nokia

Le deuxième stand que je voulais visiter était celui de Sony où était présenté le nouveau modèle 4K (de 84″!) de la marque : le KDL-849005. Plutôt par curiosité (je préfère la vidéoprojection pour les utilisations « typiques » de la 4K, les sources et pour le modique prix de 25000€…). Déjà, la configuration n’était pas vraiment standard, il y avait dans les 2m de recul, soit limite moins que la taille de la diagonale… L’immersion est là c’est sur, mais est-ce que cela sera la nouvelle utilisation des téléviseurs?

Sinon au niveau technique, c’est quand même assez impressionnant, je suis arrivé sur la bande annonce du nouveau spiderman. N’étant pas friand de 3D, je m’apprêtais à partir quand le démonstrateur à passer un clip de démonstration en 2D, et là, en effet, la claque! Le gain de définition est quand même visible par rapport à du full HD classique. Je me rapproche à 30cm de l’écran, et même là, difficile de déceler les pixels… Il faudrait vraiment tester à un distance plus raisonnable pour voir si le gain est vraiment qualitatif. Et aussi sur des modèles de vidéoprojecteur 😀

La Factory : Sony KDL-849005

Petite innovation dont je n’avais pas entendu parler : un système de commande pour téléviseur, qui tourne a priori sur Windows 7, après un calibrage (il faut suivre un point à l’écran). Cela est assez semblable au contrôle de la Xbox via Kinect, pour sélectionner une commande, il faut pointer sur un élément et rester dessus pendant un petit laps de temps. A la différence qu’au lieu de pointer via ses mouvements de la main, il suffit de regarder la commande. Cela semble assez au point, il n’y a pas de fausse manip, mais au même titre que la Kinect, c’est n’est pas vraiment pratique (sauf si on passe toujours 20 minutes à retrouver sa télécommande :p), il doit pouvoir sans doutes y avoir quelques utilités à inventer!

La Factory : Téléviseur Haier pilotable avec les yeux!

Enfin l’endroit où j’ai du passer le plus temps, il s’agit de la partie du labo, il y a plusieurs espaces où l’on pouvait discuter avec les membres des Numériques (de tout et de rien, mais généralement en rapport avec le domaine de compétence de l’intervenant) et leurs outils/matériels (il manquait la célèbre barbie utilisée pour les tests photos…). J’ai pu discuter avec quelques membres de l’équipe et plus particulièrement avec Patrick Pierre Garcia (alias PPG) et quelques lecteurs/forumeurs rencontrés sur le tas, que j’avais déjà rencontré à l’occasion de la visite des studios de CMC.

La Factory : Labo

La Factory : Labo PPG

Pour résumer, une petite soirée agréable, même si la surface d’exposition était relativement petite et les allées aussi, ce qui rendait la circulation difficile avec les stands peuplés (Nokia :( ). L’équipe du site abordable et les visiteurs passionnés de manière générale rend le salon un peu plus convivial que les autres manifestations similaires, même si les stands des marques étaient bien à but commercial. En espérant d’autres éditions avec des horaires un peu plus accessibles.

Partager :

Arrivage – PS3 / Xbox360 / Blu-ray : Steelbook Mission Impossible : Protocole Fantôme / Jeux

Après quelques mois de silence, on reprends l’actualité steelbook avec l’arrivée du steelbook de Missiom Impossible : Protocole Fantôme, à priori exclusivité Amazon. Plutôt bonne nouvelle : il s’agit du premier steelbook embossed francisé (à opposer avec une reprise d’un steelbook sorti ailleurs en Europe). Assez réussi mais pas exceptionnel non plus.

Steelbook Mission Impossible 4 : Protocole Fantome extérieur

Les écritures ainsi que le Ethan Hunt de l’avant sont en relief. A noter que les personnages donnent l’impression d’être imprimés (net) sur le reste du steelbook en métal assez grossier, l’effet est très sympa à mon goût.

Steelbook Mission Impossible 4 : Protocole Fantome intérieur

L’intérieur n’a rien de vraiment extraordinaire mais a quand même le mérite d’avoir un artwork, mais c’est le minimum syndical!

Jeux Ps3 / Xbox 360

Enfin un petit récapitulatif sur les différents jeux acquis lors des soldes :

  • Socom Confrontation : Pris à 4€ pour pouvoir bénéficier d’un bon de 10€… (sur Grosbill)
  • Infamous 2 : En version non platinum, la suite d’un jeu bac à sable que j’avais apprécié dans lequel on incarne un héros/antihéros aux pouvoirs électriques. (20€ sur Grosbill)
  • Resistance 3 : La 3ème suite d’un FPS face à une infection, exclu Sony. (18€ sur Grosbill)
  • Leisure suit larry : Héros datant du début du jeu vidéo, dans le contexte des film olé olé. (5€ à la Fnac)
  • Dark Sector : Jeux d’action (2€ à la Fnac)
  • Dance Central 2 : Suite d’un des titres phares au lancement de Kinect, avec enfin la possibilité de jouer à 2 (25€ à Micromania)
  • The Black Eyed Peas Experience : Jeu de danse et de chant consacré au groupe, version collector avec le micro et le T-shirt (25€ sur Amazon)
  • Alan Wake : Mix entre le survival horror et le thriller, exclu Microsoft (13€ sur Amazon)
Partager :

Arrivage – PC : Sparkle Geforce GTX 570 – Steelseries Sensei – Logitech Illuminated

L’arrivée imminente de Diablo III (dont ma version collector arrivera sans doutes mercredi, je l’espère…), une petite mise à jour matérielle s’imposait, essentiellement pour mes périphériques de saisie qui se faisaient un peu vieux.

Sparkle GeForce GTX 570 / Steelseries Sensei / Logitech Illuminated

J’en ai profité pour remplacer ma GeForce 465 par une Sparkle GeForce 570 qui se trouvait à prix très intéressant lors des soldes (moins de 200€). Le gain est appréciable sur Battlefield 3, mais ne permet quand même pas de jouer dans des conditions optimales en ultra sur des cartes à 64 joueurs…

Steelseries Sensei

Pour remplacer ma deuxième Microsoft Habu, qui faisait des doubles clics inopinés, j’ai décidé de tester les souris Steelseries qui ont plutôt bonne presse. Les nouvelles Microsoft ne m’attiraient pas du tout (un peu trop futuristes) ni les Logitech (aussi futuristes et trop lourdes en général). J’ai donc opté pour le dernier modèle sorti : la Sensei (qui reprend le design de la Xai avec pleins de trucs plus ou moins utiles rajoutés), qui prends toujours place sur mon vieux Icemat special edition.

Premiers retours : l’ergonomie est bonne, juste les boutons sur le côté droit ne sont pas très pratiques en jeu, la molette est crantée (que j’apprécie), rien à redire sur la précision, bon point sur le bouton sous la molette qui permet de changer entre 2 sensibilités : une diode pour indiquer sur quelle position on se trouve et les 2 positions sont entièrement paramétrables dans le logiciel de configuration plutôt bien fait. Le cordon usb est entouré d’une gaine. Niveau fonctionnalité inutile mais indispensable : la possibilité de choisir la couleur des leds (molette, logo et indicateur de sensibilité). Niveau fonctionnalité totalement inutile : un LCD qui affiche « Steelseries » sous la souris (dont la luminosité est réglable), j’ai vraiment du mal à trouver l’intérêt, si jamais vous pouvez m’aider… Pour finir, l’aspect métal flou de la souris (que l’on ne perçoit pas très bien sur les photos) est au final assez sobre mais se salie assez vite…

Logitech Illuminated

Enfin replacer mon Logitech G15, j’ai reconduit ma confiance à Logitech pour les clavier en prenant un Logitech Illuminated. Le choc en l’installant, la différence de taille, comparée à celle du G15, est assez frappante. Exit donc le clavier de gamer pur et dur (plus de touches macro, plus de grosses touches, plus d’écran LCD, plus de hub usb) et place à un clavier bien plus sobre et esthétique qui est plus en raccord avec le reste du salon et c’est plutôt assez réussi. Le couple de rétroéclairage blanc/orange est assez joli et se marie bien, j’ai repris cette combinaison pour la Sensei.

Steelseries Sensei / Logitech Illuminated

Partager :

Nokia Lumia 800 / Sosh / Fanboy… Quel programme

Retour aux sources : Nokia…

Il est loin le temps de mon premier téléphone portable : l’antique 8210 du constructeur finlandais. Après un passage chez Samsung, je reviens à ma première marque !

J’avais retardé mon achat de mobile pour attendre l’annonce du Lumia 900 de Nokia. Mais le délai annoncé de 3 mois minimum avant son lancement et pour le moment uniquement en Amérique (en attendant le WMC en février de Barcelone), j’ai décidé de sauter le pas et de me contenter (pour le moment…) du Lumia 800, dont la campagne de pub massive est visible ces derniers temps (au moins sur Paris en tous cas) mais pas assez marquante à mon goût.

Nokia lumia 800

Son design élancé laisse penser qu’il est fin mais au final, il correspond  à l’épaisseur de mon i900 qui pourtant parait bien plus massif.

En main le produit est bien fini, l’idée de fournir une surcouche en caoutchouc est vraiment bonne, on ne gâche pas la belle forme de l’appareil avec un étui que l’on aurait de tout façon acheté.

Le seul bémol matériel pour le moment et la protection du port mini-USB pour la connexion au PC ou pour le chargeur, qui est assez peu pratique et qui ne devrait pas tenir la durée à mon avis.

… mais de la nouveauté

Les lecteurs de la première heure savent mon intérêt pour le nouveau système d’exploitation mobile de Microsoft : Windows Phone. Je ne reviendrais pas sur les différences entre les 2 autres OS majeurs mobiles (iOS et Android), mais la jeune plateforme Windowsienne se rapproche tranquillement de ses rivales : le Market Place arborant déjà une belle diversité d’applications. Le système a gagné beaucoup en maturité depuis l’arrivé de la mise à jour Mango, même si il reste quelques fonctionnalités manquantes, le tout avec une interface séduisante et rapide (bien qu’un peu austère à première vue).

Le fer de lance Nokia a permis aussi à d’autres constructeurs de mettre en avant un peu la plateforme (j’ai aperçu des pubs pour le HTC Titan et le Samsung Omnia W…) mais le manque de vendeurs proposant cette alternative est encore une réalité, ces derniers prônant le sacro-saint iPhone ou des terminaux Android.

Il a pas free, il a rien compris ?

Avec mon changement de mobile, vient aussi un changement d’opérateur, quittant ainsi mon antique formule smartphone de SFR. On a pu voir ces derniers jours pas mal d’effervescence au sujet de la téléphonie mobile avec l’arrivé d’un nouveau opérateur (non virtuel) sur le marché. Et on peut dire à postiori, que l’attente du Lumia m’a été favorable, pécuniairement parlant. L’arrivé des offres de Free a fait un peu bouger les offres « low-cost » antérieures, permettant une économie non négligeable.

Mais pourquoi donc avoir choisi autre chose que Free ? Tout d’abord, une question de prix, même si l’offre de Free propose plus d’options, le forfait proposé par Sosh rentre parfaitement dans ce que je souhaite (seul le fair-use de 3Go me serait peut-être utile mais cela reste anecdotique : je ne dépasse jamais les 500mo actuellement…), aucune raison de payer plus. Je suis également un peu prudent sur les révolutions du jour au lendemain : un réseau d’antenne, ce n’est pas une petite chose à mettre en place (malgré l’itinérance d’Orange, qui introduit le roaming sur le territoire français…), et je pense que par le passé, Free a essuyé quelques écueils technologiques au lancement de nouveaux produits (les fameux clients béta-testeurs…).

Mon mien est mieux

Après ces considérations techniques, viens ma petite note d’humeur : ces fameuses personnes qui défendent (aveuglement et donc subjectivement) corps et âme un produit et plus généralement une marque, plus communément appelées « Fanboys ».

Ces petites armées de sympathisants engagés, sont un outil marketing fabuleux : elles permettent de diffuser des idées à moindre coût et de manière efficace : une personne engagée sera plus convaincante qu’un commercial qui vante un produit dans un but alimentaire.

Même le marketing commence à se les approprier, comme on peut le voir dans le clip télévisé pour le compte de Renault, dans lequel on aperçoit un client (que l’on pense employé) expliquer à une autre cliente les avantages du contrat d’entretien…

L’exemple le plus parlant est celui de la marque à la pomme : en quelques années, l’entreprise a su capter le cœur de nombreux technophiles qui n’ont désormais d’yeux que pour leurs iMac, iPhone ou iPad. Leur communication à base de KeyNote, des leaks plus ou moins contrôlés, de photos de personnes bravant vents et tempêtes devant leur AppleStore pour avoir le privilège de posséder le dernier fleuron de la marque avant les autres, de pénuries… est une machine bien huilée, au point que l’annonce de la mort de Steve Jobs a eu plus de retentissements que la mort d’un dirigeant d’état.

Le phénomène a pris tellement d’ampleur, qu’au final il est entré dans le sens commun que les iXxx sont les machines must-have, alors qu’il existe de la concurrence plausible (même si ca ne retire en rien leurs qualités).

On pourrait faire un parallèle rapide en replaçant le mot « marque » par le mot « parti politique », pour se rendre compte que le phénomène n’est pas si nouveau et qu’il est en parti adapté à l’économie. Même si les politiques commencent à utiliser les nouveaux moyens à leur disposition pour créer le « buzz »…

Ce n’est pas cela en soit qui est critiquable, cela est même plutôt une bonne chose que des personnes connaissant un produit en vantent ces mérites (on peut plus ou moins dire de moi-même que je suis pro-Microsoft). Comme pour toute chose, il s’agit surtout des cas extrémistes, critiquant toutes les solutions alternatives à « leur » produit sans faire de comparatifs objectifs…

Il suffit de se rendre, par exemple pour le mobile, sur un sujet parlant de iOs, Android, Windows Phone, ou tout autre Os, et de lire quelques commentaires, et on se rends très vite compte que ces fameux FanBoys s’en donnent à cœur joie, même si le sujet initial n’a pas vraiment de rapport avec leur solution qui est, bien sur, meilleure.

Mais pourquoi en parler ici ? Parce que Free a très bien compris la communication façon Apple et l’a plutôt assez bien appliquée (une campagne qui n’a quasiment rien coûtée mais qui a été plutôt bien relayée dans les médias, peu importe ce qu’en dit Xavier Niel). Malgré le fait que les 2 entreprises ont des cibles technophiles mais quand même assez différentes : branché, axé sur la simplicité et le design pour Apple / Plutôt culture geek, malin, et voulant toujours plus de fonctionnalités pour Free.

Et lors de ma recherche de mon forfait idéal, si l’arrivée de Free a été bénéfique pour mon porte-monnaie, la lecture de sujets sur la mobilité a été assez pénible, n’importe quel modérateur sur un forum peut en témoigner ! Surtout si ce forum est technophile, ie : plus propice à héberger un débat sans argument et plein de mauvaise fois (des 2 côtés) sur telle ou telle technologie/marque, sur de nombreuses pages.

Pour exemple, les défenseurs de Free qui demandent (enfin dénigrent ceux qui ne le font pas) de ne pas prendre des forfaits, moins cher et plus adapté à leur consommation (mon cas), mais de prendre Free, plus cher, parce qu’ils ont baissés les prix… La logique m’échappe un peu…

Le fait de pouvoir lire les avis de différents utilisateurs sur un produit est utile (bien qu’il s’agisse des mécontents qui se plaignent le plus souvent), mais pour voir lire des avis objectifs, cela serait encore mieux !

Partager :

Nokia / Microsoft : retour sur accord historique

Vendredi, un coup de boulet a été lancé, un partenariat stratégique entre Microsoft et Nokia a été offiacialié. La rumeur courait depuis quelques temps (on parlait un temps d’un partenariat avec Google mais la piste Microsoft était plus probable).

Pour les anglophobes, l’accord porte sur une offre smartphone de Nokia tournant exclusivement sous Windows Phone 7 (que je nommerai WP7 dans la suite de l’article), une consultation et des feuilles de route communes concernant le développement de WP7, une utilisation des services Microsoft dans la gamme Nokia, une intégration dans l’écosystème Microsoft des applications Nokia.

Pour ma part, je pense que c’est une bonne chose et je vais exposer mon point de vue. Mon avis est certainement un peu biaisé du fait que j’affectionne particulièrement WP7 que je considère comme le dernier brin d’air frais qui est arrivé dans le monde des smartphones.

Nokia, un leader déchu

Malgré un leadership sur le marché du téléphone portable, Nokia était sur le déclin sur le marché des Smartphone, secteur qui possède la plus forte valeur ajoutée et qui va se développer dans les années à venir. Il ne faut pas le nier, aujourd’hui avec leur éco-système et leur part de marché, iOs (Apple) et Android (Google) sont devenus les deux acteurs majeurs sur le marché des smartphones.

Coincé entre un Symbian vieillissant et assez peu adapté à l’ergonomie tactile, et MeeGo, os prometteur basé sur Linux soutenu par Intel et Nokia mais qui tarde à venir, Nokia se devait d’agir rapidement sous peine de sombrer encore plus. L’analyse d’une note interne de Nokia, explique bien le problème et comment Nokia s’est laissé submerger.

Rien à redire du côté Hardware, qui tenait généralement le haut du pavé sur le papier. C’est donc clairement la partie soft qui pêchait et qui était décriée par nombre de personnes. Malgré tous les efforts pour redynamiser Symbian, Nokia n’a pas réussi à redonner un second souffle à son système pour contre carrer les systèmes concurrents. Dans l’urgence Nokia, a donc choisi WP7 qui sera à terme le remplacement de Symbian dans leur gamme.

Microsoft Windows Phone 7 : un système jeune mais des bases solides

21 Octobre 2010, était lancé le nouveau système Windows Phone 7. Malgré un lancement assez catastrophique pour un acteur de la taille de Microsoft, le système a su convaincre certains utilisateurs. Après 3 mois et demi, il n’est pas possible de faire des projections dans le temps. Les ventes sont un peu en dessous des objectifs mais la partie commerciale a été assez mal négociée : disponibilité pour noël assez chaotique, formation des vendeurs (n’en parlons pas), publicité télévisée qui attise la curiosité mais qui ne donne pas franchement envie d’acheter…

Au niveau technique/ergonomie, le système a été assez bien accueilli par la critique malgré quelques défauts de jeunesse qui étaient franchement évitables en regardant les fonctionnalités des concurrents.

Microsoft vs Google

Windows Phone 7 : un système prometteur

Le système de Microsoft, malgré quelques défauts de jeunesse est bien ficelé et possède une interface assez nouvelle et distincte. Toutefois, on peut légitiment se poser la question : Pourquoi Microsoft et pas Google? En effet, sur la philosophie, Symbian se rapproche plus d’Android que WP7 : les systèmes sont beaucoup plus permissifs et permettent de faire bien plus de choses sur les couches de bas niveaux (pour le meilleur comme pour le pire), d’où l’apparition de nombreuses sur-couches, une gestion du hardware orienté PC… La où Microsoft sécurise au maximum son environnement d’exécution pour permettre une expérience utilisateur semblable sur la plupart des terminaux, au détriment d’une grande personnalisation.

Un recentrage faisable dans de courts délais

De par cette approche fermée, Nokia n’as justement pas besoin dans se lancer dans un énorme chantier de surcouche pour personnaliser le système : peu de ressource dans le domaine où nokia n’excelle pas et le lancement n’en sera que plus rapide (et en suivant les propos des têtes dirigeantes de Nokia, c’est nécessaire) : la gamme WP Nokia devrait apparaitre rapidement à mon avis. Un premier concept de téléphone semble circuler sur la toile, il semble même que le N9, initialement prévu pour tourner sous MeeGo pourrait sortir finalement sous WP7. On n’en sera sans doutes plus ce soir, lors de la conférence Nokia au MWC.

Différenciation plus forte auprès du grand public

Sur Android (où un téléphone HTC sera bien différent d’un téléphone Samsung), pour se démarquer, il faut engager de lourds travaux de sur-couches pour se démarquer de la concurrence, sinon on risque fortement de se perdre dans la masse des Androphones sur le marché.

Pas besoin de ces sur-couches (on ne peut pas en faire de toute façon), Windows Phone est assez reconnaissable visuellement mais pas très répandu. Ce peu de visibilité de WP7, qui est assez problématique pour Microsoft, pourrait être un avantage pour Nokia.

On assimile bien plus facilement une marque à son interface qu’à son OS : quand on voit l’interface de l’iPhone ou de l’iPad, on pense plus à Apple qu’à iOs, de même pour Sense, l’interface de HTC, s’est beaucoup plus mise en avant que Windows Mobile ou Android.

Du fait du passage à WP7 en exclusivité sur la gamme de smartphone Nokia, l’assimilation WP7 = Nokia pourrait se faire dans la tête de l’utilisateur. Quand on parle un téléphone HTC ou Samsung, on a rarement un Mozart ou un Omnia 7 qui vient en premier à l’esprit. Un jour, qui sait…? 😀

La cible étant le grand public, et non un cercle restreint de technophiles cherchant la personnalisation, WP7 reste dans ce sens un choix qui peut coller. On peut quand même imaginer que des éléments de personnalisations arriveront plus tard sur WP7.

Il existe quelques risques, pour Nokia : se mettre à dos les fidèles à qui l’on faisait miroiter des évolutions majeures de Symbian dans les mois qui suivent et une mise en service de MeeGo. Un autre risque est de se rendre plus dépendant d’un tiers qu’auparavant.

Un accord bilatéral

Il ne s’agit pas uniquement d’un achat de licences WP7 (qui sont payantes par rapport à Android), mais le partenariat entre Nokia et Microsoft vas bien plus loin puisque de nombreux services que Nokia met à disposition, devraient entrer à terme dans le giron de Microsoft. Cela permettrait se recentrer sur le matériel et se diminuer les effectifs affectés au software, malheureusement par des possibles licenciements.

On peut aussi penser que Google ne proposait pas à Nokia un partenariat à hauteur de ce que propose Microsoft. Certes, c’est un bien grand mot et c’est un effet d’annonce, mais si le partenariat a vraiment lieu (seul l’avenir nous le dira), Nokia aurait son mot à dire dans l’évolution du système de Microsoft et de ses services associés.

L’argent, le nerf de la guerre

Mais en dehors du vecteur innovation, qui est assez présent ces derniers temps chez Microsoft, il ne faut pas oublier que c’est aussi une énorme machine de guerre commerciale. Il est en effet question de mouvements de fonds qui se compteraient non pas en millions mais en milliards. Espérons que l’argent ne soit pas uniquement le seul critère et que le partenariat porte ses fruits.

Le futur de Windows Phone 7

L’association entre les 2 géants est sous doutes un tournant dans le secteur du smartphone, soit un 3ème acteur émerge sur le marché, soit le duo Android / iOS reste et ne bougera pas jusqu’à la prochaine innovation technologique.

Ecosystème, le point essentiel

Un élément essentiel pour les systèmes d’exploitation (mobile ou non), c’est leur écosystème : les applications et les services qui seront accessibles. Le slogan « Il y a une application pour ça » est resté dans les têtes et reflète bien l’attente qu’il y a autour de ce point. Comme dit précédemment, Apple et Google ont ici une avance considérable, due à leurs présences historiques sur le marché.

L’écosystème WP7 est jeune (il n’y a pas de rétrocompatibilité avec Windows Mobile), ne partant de rien, mais grossit de jours en jours. Les retours côté développeurs sont assez enthousiasmant, les environnements de développement sont au point. La partie jeux en Xda, assez proche du développement de jeux Xbox, semble également bien partie.

Si une partie des ressources de développement Symbian, bascule vers le .net, le Market Place (le magasin d’applications de Microsoft) prendra de plus en plus d’envergure, l’Ovi Store sera à terme fusionné avec le Market Place. Si les ventes suivent, les développeurs indépendants se tourneront à leur tour vers cette plateforme (en parallèle des 2 autres), etc…

Concernant les services, Nokia conservera vraisemblablement des applications propres pour ses terminaux (pour se différencier des autres marques). Il semble que quelques transferts se feront vers Bing, notamment sur la partie « Carte », ce qui semble de bonne augure.

Nokia garde une image de qualité et possède un grand réseau de distribution

Si WP ne se vend pas très bien, ce n’est pas parce que le système est mauvais mais parce qu’il n’y a pas de vrai poussée derrière, je pense que Nokia va être ce petit coup pouce. Les téléphones produits sont la plupart du temps de bonnes qualités, les chaînes de productions sont bien huilées et les réseaux de distributions sont partout dans le monde.

Tout simplement avoir un constructeur majeur dont la gamme smartphone sera principalement WP à moyen terme (symbian restant sur le marché « téléphone », MeeGo arrivera un peu plus tard).

De plus dans la tête d’un acheteur, on achète plus un constructeur qu’un OS. Nokia étant quand même dans les esprits un constructeur grand public, si on veut un Nokia = WP, ca fait un beau tremplin pour la plateforme.

Microsoft/Nokia : une dinde ou aigle?

Pour reprendre le tweet de Vic Gundotra (c’est de bonne guerre), les analystes dans le domaine ne sont pas unanimes et seul le temps nous le dira. Je reste optimiste pour ce système et une confrontation avec 3 acteurs globaux est dans tous les cas préférable pour le consommateur et l’innovation en général.

Le web n’a pas tardé a commenter l’annonce : il suffit de taper « Microsoft Nokia » dans votre moteur de recherche favori pour s’en rendre compte. Voici les premiers articles parus mais beaucoup d’autres sont apparus avec des analyses plus poussées :

Itespresso

Presse-citron

LesNumeriques

Clubic

scobleizer

Source images : Engadget

Partager :

Microsoft Kinect : Premières impressions

Après avoir récupéré mon pack Kinect et tout installé, je vous fait part de mes premières impressions :

Packaging

On ne va pas trop s’attarder sur cette partie. La boite est en fait assez compacte pour le contenu annoncé (la console, une manette, un jeu, un micro et le Kinect), tout est bien emballé dans des sacs plastiques, les grosses parties sont bien calées avec du polystyrène dans la boîte, peu d’espaces vides, bref un emballage bien pensé et qui ne pose pas de problème de transport.

Xbox 360 Kinect - Packaging

Matériel

Comme d’habitude avec les consoles next-gen, aucun câble HDMI n’est livré, seul le composite est inclus, un comble, mais on est habitué. La Xbox est brillante, comme la première PS3 (fat), assez flatteur au déballage mais je préfère les matériaux mats, moins sensibles aux traces de doigt et qui traverse mieux le temps, à mon goût.

Mise à côté de ma PS3 slim, la Xbox 360 Slim n’est pas si « slim » que ça. Elle ressemble à un gros bloc monolithique. Niveau branchement, j’apprécie bien la présence de port USB à l’arrière qui permet de dissimuler un peu les branchements permanents (ah la ps3 avec un câble USB qui part derrière pour retrouver le PlayTV…). Petit bémol aussi, le transformateur (dissocié du châssis principal) à une petite led assez visible qui reste constamment allumée, même en veille.

Le Kinect se branche tout simplement avec un seul câble propriétaire (contrairement à un branchement avec les anciennes générations de Xbox). La barre en elle même n’est pas très large mais un peu haute, je pense qu’un profil plus étiré aurait permis une meilleure intégration, contraintes techniques sans doutes.

La manette est bien plus grosse que celle de Ps3 mais l’ergonomie est très bonne. Elle est alimentée par 2 piles AA et non par une batterie comme son homologue côté Sony.

Xbox 360 Kinect - Details

Installation

L’installation de la console se fait sans trop de soucis, il y a un guide qui explique les étapes clairement au fur et à mesure. Chose bizarre, au moment de configurer le Xbox live (le service multijoueur), un gamerTag (identifiant) est attribué automatiquement, sans demander à l’utilisateur. Il faut ensuite le modifier plus tard dans l’interface, le premier changement est gratuit, si par la suite, il vient l’envie de changer d’identité, il faudra repasser par la caisse.

La configuration du Kinect est tout aussi simpliste. Il demande juste à un moment d’introduire le CD fournit avec le périphérique. Ne trouvant pas de CD dédié, il s’agit en fait du DVD du jeu Kinect Adventures qui est livré avec. Au niveau de la reconnaissance de mouvement, quasiment rien à faire, il reconnait directement une personne devant le capteur, il faut juste configurer la zone de jeu. Cette dernière doit quand même être assez étendue et dégagée, exit donc les appartements exigus. Il y a aussi une calibration (automatique) sonore durant laquelle il faut faire le moins de bruit possible.

Xbox 360 Kinect - Installation

Utilisation

Menu

Lorsque l’on est devant l’écran, il suffit de faire un petit coucou pour activer le menu Kinect. Pour naviguer, il suffit de bouger sa main, un curseur retranscrit alors les mouvements de la main à l’écran. La navigation est vraiment similaire à la Wii sur ce point. Pour valider une option, il suffit de rester sur une icône, un petit compteur apparaît avant la validation (et oui, pas de boutons où cliquer). Le seul geste universel que l’on nous apprend au début est la mise en pause, il suffit de mettre son bras gauche à 45° et de lever le pouce. Une petite fonctionnalité intéressante à ajouter dans le menu serait le fait de pouvoir couper et d’allumer la console, soit par un signe, soit par une phrase. Je n’ai pas trouver d’autre moyen que d’utiliser la manette ou le bouton de la console.

Kinect Adventure!

Kinect Adventures! - Xbox360

Livré avec tout Kinect, il s’agit de 5 mini jeux, à la manière d’un Mario Party, chaque jeu est précédé d’explication sur ses concepts. Dans tous les cas, les épreuves sont assez physiques (sauf les fuites et l’apesanteur), on peut pas enchainer trop de parties sans transpirer, à jouer à plusieurs en tournant. On pourra noter que le Kinect prends des photos à certains moments, prenant le joueur en flagrant délit, dans des positions très originales, rien de mieux pour obtenir des photos compromettantes.

  • Descente Infernale : Une descente d’un rapide sur un radeau : il s’agit de l’épreuve que j’avais déjà essayée en magasin. Pour se diriger, il suffit de se déplacer sur les côtés. On peut aussi sauter pour attraper des pièces qui augmente le score, tout en passant à travers des portes, à la manière d’un slalom. Rien à redire, a part peut être un déplacement un peu hasardeux au début mais on s’y habitue.
  • Rebonds : Il reprend le concept célèbre du Casse-brique. La balle se déplace dans un couloir dont les briques à casser se trouvent au fond. Le joueur, qui se trouve sur le plan le plus proche de l’écran, est la « barre » qui relance la balle qui lui arrive dessus. Très physique, mais vraiment très fun. Quand on active un bonus « multi balls », c’est un peu l’anarchie.
  • Max de réflexes : Le joueur se retrouve sur un tapis roulant. Son but est d’éviter les obstacles et de récupérer encore une fois des pièces. Le mini-jeu qui m’a le plus déçu, c’est le seul où j’ai ressenti un léger décalage avec l’avatar, on s’y habitue au fil du temps mais c’est un peu dommage. De plus, il y a pas énormément de mouvements libres comparé aux autres mini jeux.
  • 20000 Fuites : Le joueur est dans un sous marin avec une grande vitre avec vue sur l’océan, les poissons viennent fissurer cette vitre à différents endroits, qu’il faut reboucher avec ses mains et/ou ses pieds. J’assimile ce jeu à un Twister numérique. C’est celui où l’on découvre le plus la détection de mouvement offerte par le Kinect, bien que le jeu en lui même n’est pas très rapide.
  • Dans le vide : Il s’agit de l’activité la plus calme, le joueur est dans un environnement en apesanteur, il doit se déplacer dans l’univers pour exploser des bulles qui volent. Pas très rapide et pas très avare en mouvement, il s’agit de l’activité que j’ai le moins appréciée.

Sans vraiment être un vrai jeu, je pense plutôt que Kinect Adventure! est une sorte de démo évoluée qui est livrée avec l’accessoire afin d’en démontrer tout le potentiel, ce qu’il fait bien. Il n’empêche que les épreuves proposées sont amusantes et accessibles à tous. J’ai hâte de les tester à plusieurs.

Dance Central

Dance Central - Xbox 360

Premier jeu de danse d’Harmonix, mais ce ne sont pas des novices en matières de jeux musicaux puisqu’ils sont à l’origine des premiers Guitar Hero (GH) et plus dernièrement des Rock Band (RB). Un jeu de danse, c’est le un concept pas très nouveau puisque ca fait quelques années que Dance Dance Revolution et ses semblables existent. Il s’agit de reproduire des chorégraphies qui sont à l’écran. Cette première ébauche était assez simpliste puisqu’il fallait juste marcher sur certaines touches du tapis avec un bon tempo. Plus récemment, Juste Dance, a remis, avec succès, ces titres au goût du jour en utilisant la détection de mouvement de la Wii. En progrès, mais il était encore possible de « tricher », la détection ne se faisant qu’avec le mouvement du bras. Ici, plus de manette et l’on peut bouger sans aucune gène, ce qui convient parfaitement au genre.

Il suffit s’agit comme un miroir par rapport à l’avatar. Comme GH et RB, un système de multiplicateur est présent lorsqu’on réussi plusieurs pas d’affilé. N’étant pas un danseur confirmé (très loin de la même), j’ai un peu de mal avec les mouvements à effectuer, d’autant que les icônes décrivant les mouvements sont loin d’être limpides, un peu à la Just Dance quand on joue la première fois. Un mode d’apprentissage de chaque chanson est disponible, découpant chaque pas à effectuer. La reconnaissance est vraiment bluffante et on ne sent pas trop de latence. Une surbrillance rouge apparait sur certaines parties du corps (ou tout le corps si on est à l’ouest) si celle ci n’est pas en accord avec la chorégraphie. Le genre a enfin trouvé l’accessoire idéal comme compagnon.

Je suis loin d’avoir fait le tour mais la playlist n’a pas l’air très longue, on a quand même assez de variété musicale. L’éditeur semble vouloir imposer un écosystème comme tous les autres jeux musicaux, c’est à dire des titres en DLC, chose que je cautionne pas et que je dénonce. Mais j’aurais pour ma part bien du mal à faire le tour vu mon niveau :p

A noter que le jeu propose à certain moment des phases « Freestyle » où le joueur effectue une chorégraphie libre et monte un Gif avec les prises effectuées par le Kinect, tout aussi humiliant que KA!, voir plus.

Conclusion

En laissant de côté l’aspect Xbox que j’ai survolé, je vais plus m’attarder sur le Kinect en lui même. Bien entendu les graphismes sont d’un autre niveau comparés à ceux d’une Wii.

Continuant dans la lancée initiée par la Wii, Microsoft s’engage donc dans la reconnaissance de mouvements. Sans être totalement révolutionnaire, cet accessoire propose quand même une manière de jouer qui l’est assez (révolutionnaire). La reconnaissance de mouvement est vraiment très bien réalisée. Je n’ai pas encore très bien vu la reconnaissance vocale vantée dans les publicités. Les jeux testés sont assez aboutis, surtout pour un premier jet, surtout Dance Central qui fait entrer le jeu de danse dans un autre stade. Il me reste le multijoueur à tester.

Vraiment au point au niveau technique, j’émets des réserves quand même sur les gameplays possibles. Je pense qu’il sera réservé aux jeux dits « casual », tout comme la Wii, plus certaines exceptions. Mais je ne pense pas que le jeu vidéo tel que nous le connaissons soit porté sur un système semblable. Une manette ou un couple clavier-souris, seront toujours plus réactifs et offriront bien plus de possibilités en terme de gameplay, tout du moins dans un futur proche.

Si vous êtes plus dans l’optique d’utiliser votre console pour jouer à des jeux conviviaux, je pense que le Kinect est un bon accessoire : poussant plus loin le principe initié par la Wii, avec des graphismes en 720p, et la possibilité de jouer à des titres orientés Gamer, la ludothèque Xbox étant assez étoffés, même si je pense rester essentiellement du côté PS3, en grand partie pour son live gratuit. Mais ca me laisse l’occasion de jouer à certaines exclusivités Xbox. Il est relativement accessible, d’autant plus si l’on possède déjà une Xbox.

Console Xbox 360 250 Go + capteur Kinect + jeu Kinect Adventures ! – Amazon.fr

Kinect + le jeu Kinect Adventures – Amazon.fr

Partager :

Microsoft Kinect : Move your Body

Rien avoir avec le tube de Eiffel65, mais juste une brève pour vous indiquer que j’ai fait l’acquisition d’une nouvelle console, la Xbox 360, en pack 250Go Kinect, la nouvelle technologie « padless » signée Microsoft, pour concurrencer la Wii de Nintendo et le PS3 Move de Sony. Pour ceux qui ne connaissent pas, il s’agit d’une barre remplie de caméras et de capteurs, reliée à une Xbox360. Elle reconnait les faits et gestes de 2 personnes au maximum et, à la manière des concurrents cités plus hauts, il suffit de bouger son corps pour effectuer des actions dans le jeu. A la différence qu’ici, aucune manette n’est à tenir.

Kinect pour Xbox360

Elle n’est pas encore chez moi, mais je la récupèrerai probablement ce week-end. A vrai dire, je n’étais pas vraiment dans l’optique de l’acheter à la sortie mais un peu plus tard. D’autant plus que je n’avais pas de Xbox chez moi. Mais une vilaine promotion chez Carrefour, m’a fait changé d’avis (quel faible je fais…). A départ, j’étais parti sur un modèle basique de 4Go, un peu moins cher et qui, au travers d’une autre promotion, offrait Kinectimal en plus, une sorte de Nintendogs adapté pour la console. Mais au final, je me suis rabattu sur la version 250Go, le jeu en lui même ne m’intéressant pas plus que cela et le fait d’avoir un peu plus de place pour les installations et les sauvegardes était préférable.

En plus de Kinect Adventures, qui est livré d’office avec le Kinect, j’en ai profité pour prendre Dance Central, une sorte de Just Dance façon Kinect. D’après les premiers tests, c’est un « killer game » pour la console et ce style s’adapte plutôt bien à la cible Kinect. Très prochainement, arriveront sans doutes Kinect Sports (classique du genre pour ce type de support).

Plus tard pour un compte rendu et les premières impressions, une fois le tout installé. En attendant, une petite vidéo publicitaire afin d’illustrer le système, pour ceux qui n’auraient pas encore vu un des nombreux clips publicitaires qui passent en ce moment sur toutes les chaînes :

Partager :

Windows Phone 7 : Coup de foudre / Coup de gueule

Jeudi 21 Octobre 2010 : Hormis les galères monstrueuses ce matin sur le RER (1h30 à poireauter avant d’avoir un train) dues aux manifestations concernant la réforme de la retraite, il s’agissait du lancement national du nouvel OS Mobile de Microsoft : Windows Phone 7.

Windows Phone 7

Coup de foudre

Bon, il ne s’agissait pas vraiment d’un coup de foudre vu que je suivais avec beaucoup d’attention l’évolution de cet OS, mais je voulais vérifier si ma « première impression » se confirmait en ayant un appareil en main, et je n’ai pas été déçu.

Mais pourquoi s’intéresser à un nouvel OS alors qu’au niveau Smartphone, on va dire qu’il y a quand même pas mal d’acteurs qui ont déjà fait leurs preuves (iOS et Android pour ne pas les citer), qui plus est, Microsoft?

Microsoft, le chat noir de l’informatique (qui n’a jamais lancé une petite boutade sur les écrans bleus ou sur le Ctrl+Alt+Suppr?). Certes il y a quelques années, cette image était plausible, mais cela bouge et les derniers projets (Seven, Office, Xbox, même les services Windows Live et le Zune m’ont très agréablement surpris) en apportent la preuve, ce billet publié sur Le Journal du Geek résume très bien mon impression. De plus, Apple et Google ne sont pas mieux et sans doutes pire.

Mais en dehors de ces préjugés, c’est bien sur le produit lui même que j’avais flashé. Sans entrer dans les détails (de nombreux tests sont disponibles à l’heure actuelle), l’interface globale est pensée de sorte à ce que le maximum d’informations soit accessibles le plus rapidement possible. Exit donc le classique panel de sélection d’applications et voilà une page d’accueil totalement personnalisable (au niveau des informations, l’IHM en elle même est quand même assez rigide). Au premier coup d’œil, on peut penser que c’est pas très joli, des carrés d’une couleur avec du texte d’une autre. Personnellement, je trouve ça vraiment sympa et surtout, il y a un nombre d’informations vraiment appréciable pour un écran d’accueil. J’ai testé les grandes fonctionnalités rapidement, tout est extrêmement fluide, aucune saccade, très intuitif (au bout de quelques minutes, on comprends le fonctionnement des boutons ainsi que les défilements d’écran, on trouve l’option que l’on cherche à l’endroit où l’on pense qu’elle se trouve…), les animations de transitions sont belles et ne sont pas trop intrusives. Bref, minimaliste, soigné, sans en faire trop.

Windows Phone 7 : Apercu

  • Hub contact : Le répertoire classique d’un téléphone, les contacts avec leurs numéros, leurs mails, leurs adresses… mais pas uniquement. Il s’agit vraiment d’un centre social. Intégration poussée avec Facebook, Gmail, Windows Live… avec possibilité de rapprocher plusieurs comptes. Il y a aussi les  fonctions calendriers, sms, mms… téléphone… assez classiques.
  • Internet : Version de IE mobile, navigation rapide et précise, même sur des sites non optimisés. Par contre, la gestion des favoris m’a l’air grandement améliorable. Des versions de Firefox ou Opera apparaitront sans aucun doutes.
  • Photos : Tous les appareils possèdent un appareil photo. Les photos prises sont rangées directement dans le hub Photo, qui regroupe aussi les photos issues de FB et autres réseaux sociaux.
  • Zune : Il s’agit de l’aspect multimédia de l’OS. Cela ne m’intéresse pas trop, le player m’a l’air classique, les codecs acceptés restreints. La partie hub est par contre très bien foutue, en dehors de sa bibliothèque personnelle, il y a pleins d’infos en plus tirées du net, des albums, des artistes similaires, des bio… A essayer, mais même si je préfère utiliser un appareil multimédia dédié, c’est assez bluffant.
  • Xbox live : La partie jeux de la plateforme, sans doute là où l’OS peut tirer son épingle du jeu (sans jeu (sic) de mot). Pas trop testé mais les retours sont positifs, mais j’ai un peu de mal à me faire aux jeux sur téléphone, qui sait…
  • Office : Encore une fonctionnalité qui a son importance pour certaines personnes (pour anecdote, la charmante jeune femme avec qui j’ai partagé la démonstration était principalement intéressée par cette fonctionnalité). Powerpoint, Excel, Word, tout est utilisable assez facilement (mais quand même assez limité), qui peut être utile pour relire et faire des modifications de dernières minutes, mais ne vous attendez pas à avoir une productivité importante, on est pas sur un desktop quand même…
  • Map : Utilise le service de Map de Microsoft, semblable à Google Maps, mais un peu moins évolué à première vue. Ca m’a quand même l’air utilisable et on peut l’utiliser pour se repérer. Et puis si WP7 a du succès, je suis quasiment certain que Google adaptera quelque chose :)

Alors certes, il y a pas mal de fonctionnalités manquantes, le copier-coller (ils auraient quand même pu y penser, surtout après le tolé d’Apple sur cette fonctionnalité, elle arrivera en Janvier), le multi-tache qui n’est pas ouvert pour les applications tierces, pas de mass-storage (Zune remplace quand même avantageusement iTunes, mais quid des systèmes alternatifs?)… Je regrette aussi la non présence d’un agrégateur de flux RSS mais il va bien y avoir des applications qui vont se charger de ça.

Pour ma part, j’ai confiance et je pense qu’au bout de quelques mises à jour, le système sera vraiment pas mal au niveau fonctionnalités, tout système a son lancement n’a pas toutes les fonctionnalités, même si Microsoft a décidé de (re)rentrer très tard sur ce marché. Même actuellement, je trouve qu’il n’a vraiment pas à rougir face aux concurrents, certes il est jeune mais assez innovant, l’interface est vraiment une perle et sort vraiment des sentiers marqués (par Apple).

Mon abonnement se termine ce mois-ci et j’ai bien envie de switcher sur un HTC7 Trophy ou Mozart voir un Samsung Omnia . Mais je vais essayer de me retenir et attendre le HTC 7 Pro qui doit arriver en début d’année prochaine, un clavier physique est vraiment un plus je trouve, tellement plus pratique pour écrire des messages.

HTC 7 Pro

Coup de gueule

Le lancement, indépendamment du produit, est pour ma part raté. WP7 a été lancé en Europe avant la terre natale de Microsoft, youpi. Sauf qu’au jour de la sortie, on a pas grand chose à se mettre sous la dent. Pour ma part, j’ai été au centre commercial Italie 2 à Paris. Il était sensé y avoir des animations pour le lancement, j’ai eu le droit à un flyer avec un code barre avec un espoir de gagner un téléphone LG. Bref, on a connu plus folichon. Il y avait pas mal d’affiches à l’extérieur du centre commercial.

Orange était le partenaire partenaire pour le lancement, on est loin des files d’attentes devant les boutiques lors des lancements des iPhones (ils sont forts Apple quand même…). Mais ce n’était pas pour me déplaire, loin de déchainer les foules (il était certes 19H), on était donc uniquement 2 à assister à une petite démonstration et poser diverses questions, ainsi que jouer un petit moment avec le téléphone, le tout étalé sur une grande demi-heure. La démonstratrice (de Microsoft et non d’Orange) était agréable et faisait le tour de l’application, c’est approximatif sur certains points mais c’était essentiellement pour tester le système « en vrai » que j’étais venu.

Autre raté, il y avait visiblement un seul téléphone de démonstration (LG) dans tout le centre, impossible à trouver dans d’autres boutiques, impossible de tester les autres modèles. Pire, aucun stock de vente n’était disponible, il n’y avait que la précommande de possible sur certains mobiles, faute à Microsoft ou aux constructeurs ou aux grèves? Qu’importe, un lancement plus travaillé n’aurait vraiment pas été du luxe.

Pour conclure, si vous cherchez un nouveau téléphone, je vous  conseille vivement de tester ce nouvel OS, il est probable qu’il ne convienne pas à tous le monde (les personnes qui ne sont sur aucuns réseaux sociaux, les personnes qui cherchent à customiser chaque pixel de leur téléphone, les fan-boy Apple/Google… 😉 ) mais il faut le tester. On ne peut qu’approuver le fait que Microsoft prennent le risque de sortir quelque chose de « nouveau », même si il faudrait revoir un peu leurs lancements.

Partager :