Commençons par les fondations : WordPress vs DotClear, choix de l’hébergeur…

Comme promis, voilà les étapes préliminaires que j’ai traversées, avant l’écriture du premier message.

Il s’agit d’un post technique (mais pas trop), pas forcément très intéressant, donc à moins que vous soyez intéressés par la création de votre blog prochainement, je ne vous blâmerai point si vous veniez à ne pas en lire l’intégralité.

Sélection du CMS

Installation de l’environnement de test

La première étape a été la sélection du CMS qui allait être le moteur du site, me laissant la rédaction de billet comme tâche principale, et moins de gestion technique (mais pas totalement, histoire de personnaliser le site et ainsi le démarquer un minimum, ce qui ne se voit pas au moment de l’écriture de ce billet, mais cela viendra). Pour cela, j’avais besoin d’un petit environnement de développement où je pourrai installer et tester différents CMS. Les pré requis : serveur HTTP (Apache), PHP et MySql, le trio classique pour un site personnel. Ayant utilisé EasyPHP dans ma jeunesse, je réinstalle tout ça, avec autant de facilité que dans mes souvenirs. Pour vous évitez quelques soucis si vous êtes amené à l’utiliser sous Windows 7, pensez juste à donner les droits d’exécution administrateur au répertoire d’installation, sinon le service MySQL ne pourra pas démarrer.

Les prétendants

J’ai limité mon choix aux 2 CMS majeurs spécialisés dans les blogs, que j’avais déjà testés par curiosité dans des versions préhistoriques lors de l’émergence du phénomène des blogs.

Wordpress

Pour moi, l’acteur le plus important dans ce secteur, s’appuyant sur une communauté énorme. Mais j’avais le sentiment d’usine à gaz et le code généré n’était pas des plus reluisant.

DotClear

Il s’agit du challenger historique de WordPress, qui avait la connotation « l’indé avec du talent, qui n’a peur de rien et qui s’attaque à un major ». Bien plus léger et plus simpliste, mais pas moins efficace.

Le duel

Faisons table rase de ces préjugés et faisons un bilan, que j’estime objectif, bien que je n’ai pas exploré très en profondeur ces 2 outils.

  • Installation : Nul – Sur les 2 applications, l’installation est guidée au maximum, même plus besoin modifier un fichier de configuration, un assistant se charge de vous guider et de tout configurer sans soucis. Une grosse amélioration de ce côté là.
  • Dashboard / Tableau de bord : DotClear – Avis assez personnel, les 2 sont vraiment bien faits mais je trouve celui de DotClear plus clair et la navigation se fait plus rapidement, là où dans WordPress, il faut naviguer dans des sous-menus pour trouver les options, mais cela reste intuitif. Par contre, je trouve l’éditeur de WordPress vraiment sympatique, avec pas mal d’options et permettant de switcher en mode WYSIWYG et en mode code.
  • Plug-in / Extension / Thème : WordPress – J’ai regroupé ces sujets car cela donne une idée de la communauté qu’il y a derrière chacun des protagonistes. Et de ce côté là, aucun doute, WordPress est loin devant, la communauté étant immense, on trouve vraiment de tout. DotClear ne démérite pas, la communauté n’est pas morte mais ne joue pas dans la même cour que WordPress. L’avantage est qu’il y a moins de tri à faire car moins de choix.
  • Personnalisation : WordPress – En exceptant les thèmes qui permet de changer l’aspect global du site, WordPress permet de modifier directement les différentes parties du site à partir du tableau de bord, alors que pour DotClear, j’ai l’impression qu’il faut mettre la main dans le cambouis et modifier directement les sources du thème, chose qui doit malgré tout être la bonne solution.
  • Code : Nul – Au niveau du code généré, là aussi, grosse évolution par rapport à mes souvenirs, les 2 sont bien organisés et valides aux dernières spécifications (HTML et CSS) du W3C.
  • Référencement : Nul – Quand on parle de site web, on parle souvent de fréquentation et donc de SEO. N’ayant pas d’énorme prétention en la matière, je n’ai pas trop poussé, mais étant donné le code généré et la notoriété des 2 outils, je pense que les moteurs de recherche doivent bien les intégrer.

Pour conclure, j’ai finalement opté pour WordPress principalement à cause de sa communauté, mais les 2 outils sont arrivés à maturité, bien loin du souvenir que j’avais des versions testées précédemment. N’importe qui souhaitant monter un blog, même sans avoir de notion technique avancée, trouvera son bonheur dans ces outils et arrivera à faire quelque chose de très convaincant. En étant un peu curieux, la personnalisation ne devrait pas poser de problème non plus.

Sélection de l’hébergeur

Une fois le choix du CMS fait, il fallait trouver un hébergeur pour installer tout ça. Pour le moment, je n’ai pas envie d’avoir un serveur dédié chez moi. De plus, je n’avais pas l’intention d’utiliser le service d’hébergement de blog de WordPress, je voulais avoir accès à la base de données et aux fichiers sources. N’ayant plus d’hébergement chez Free (mon précédent site était chez eux) et l’expérience n’ayant pas été terrible, je suis parti à la recherche d’un hébergeur gratuit ayant les mêmes pré requis que l’environnement décrit plus haut.

Une recherche rapide m’a fait tomber sur Webou (un peu de pub ne fait pas mal). Hébergeur gratuit (mais disposant d’une offre payante), sans pub, offrant un espace, avec PHP et MySQL de disponible, tableau d’administration, redirection de mail, accès FTP… Bref tout l’essentiel pour un site. Malgré une procédure un peu longue d’une demande d’hébergement, le service a l’air de qualité, les options niveau PHP n’ont pas l’air bridées à l’extrême comme à l’accoutumée. Espérons que çela dure et qu’il n’y ai pas d’événement extérieur qui vienne modifier ce système.

Si des questions vous viennent à l’esprit, n’hésitez pas à poster un commentaire.

Partager :

3 réflexions au sujet de « Commençons par les fondations : WordPress vs DotClear, choix de l’hébergeur… »

  1. Salut Delphes 😉

    Je suis en train de me pencher sur le couple Webou/Wordpress, et j’ai une question : « Est-ce que l’intégration d’un wordpress dans le « public_html » de Webou se fait de manière transparente ou bien as-tu modifié quelques fichiers de config histoire que tout le monde retrouve ses petits ?

    • Réponse un peu tardive : de souvenir, tout fonctionne avec le script de config, on possède les droits d’écriture (de même pour les mises à jour d’extensions et de versions)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *